Zoé Roulon de modèle à photographe ! - Clarisse Martorana - Photographie & Communication
22222
single,single-post,postid-22222,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,select-theme-ver-1.5,wpb-js-composer js-comp-ver-4.3.4,vc_responsive

Zoé Roulon de modèle à photographe !

Photographe : Clarisse Martorana

Photographe : Clarisse Martorana

 

Le titre en dis déjà long, on vous laisse découvrir la suite avec cette jolie interview d’une modèle perfectionniste devenue photographe.

 

Salut Zoe, on se connaît mais peux tu expliquer en quelques mots, aux lecteurs, qui tu es ?

Salut, je m’appelle Zoé Roulon et je suis modèle photo ainsi que photographe. Dans la vie je finis mes études d’ingénieur Physique des matériaux et je suis une amie de longue date de Clarisse puisqu’on était ensemble à l’école maternelle.

 

Quelle est la raison qui t’a poussé à faire de la photo ?

Au départ de la curiosité et puis l’opportunité que m’a offert Clarisse lorsqu’elle me l’a proposé ! Je pense que je voulais découvrir une autre facette de ma personnalité, et dépasser mes limites. Après, c’est aussi pour la beauté de la photo final, et partager des moments intenses avec l’équipe du shooting, c’est d’ailleurs de cette façon que j’ai trouvé beaucoup d’amis.

 

Comment choisis-tu les photographes avec qui tu travailles ? Est ce eux qu’il te contacte ou l’inverse ?

Alors souvent c’est par hasard, par le biais d’une photo publié sur un groupe de photo, ou par une modèle qui publie son travail, ou encore des annonces de photographes qui cherchent quelqu’un en particulier. Je marche beaucoup au coup de cœur, il faut que les photos me parlent, et surtout que le registre soit le mien : pas de nue ni de topless. C’est très important de faire cette part des choses car il ne faut pas demander à un photographe qui fait exclusivement du nu que tu ne veux pas poser nue, cela parait assez logique.

Cela dépend, on me contacte régulièrement pour des photos comme moi je contacte les photographes, c’est assez équilibré. Le tout est de ne pas accepter « juste parce que cela flatte votre égo » mais bien de choisir quelqu’un dont le travail vous intéresse.

 

Photographe : Noemie Nirat

Photographe : Noemie Nirat

 

Quel style de photo te correspond le plus ?

Je suis assez axée sur les portraits ou les portraits américains, de préférences dans des lieux recherchés, avec un scénario ou une mise en scène. J’aime bien aussi le studio pour les portraits plus mode ou expressifs, mais globalement j’aime beaucoup de style photographique différents : J’adore les photos naturelles, techniques et douces de Clarisse comme j’aime la fantaisie et l’ambiance que met Noémie Nirat dans ses photos ou le creepy canon de Charlotte Brasseau. J’ai des goûts différents mais pour me charmer il faut que je ressente de l’émotion et une réelle histoire dans la photo. Cela passe souvent par un bon feeling avec le photographe

 


Pourquoi choisis tu de travailler plus souvent avec certains photographes plutôt qu’avec d’autres ?

Cela passe par le premier contact par messenger, ou mail, ou ne serais-ce que par des avis que l’on m’a laissés. Je marche beaucoup aux avis des personnes qui m’entourent, cela me permet d’avoir une première image du photographe : après bien entendu j’aime me faire mon propre opinion. En général j’aime quand le projet est solide, que mon avis est pris en compte et que la personne a un caractère qui me convient : amusant, convivial, humble et professionnel lors de la séance. C’est avant tout une rencontre humaine, et cela ressort après sur les photos.

 

 

Comment prépares tu tes séances photo ?

Je me met d’accord avec le photographe sur : le lieu, les tenues, le type de photo (portrait, plein pied, expressif ou doux etc), le make up, contrat eventuel etc

Ensuite je me prépare en mangeant bien avant, en ayant eu une bonne nuit de sommeil (le maquillage ne cache pas tout malheureusement ) en préparant mon trajet jusqu’au lieu et me récapitulant quel sont mes objectifs pour la séance. Quand je le peux et que je ne connais pas encore le photographe, j’aime le rencontrer avant la séance photo, autour d’un café par exemple, pour discuter et échanger nos points de vue : cela permet d’être tout de suite plus à l’aise lors de la séance, mais aussi de se rendre compte si on se sent en confiance avec la personne.

 

Peux tu nous raconter ton plus beau et ton pire souvenir ?

Photographe : Lionel Le Biollay

Photographe : Lionel Le Biollay

J’ai beaucoup de beaux souvenirs : l’un des plus beaux était le défilé auquel j’ai pu participer, organisé par Clarisse. Je portais une création d’Ellianthe couture, un corset blanc cassé et une jupe. Cette journée a été pour moi la réalisation d’un rêve : défiler avec des habits que je trouve sublimes ( d’ailleurs je pense craquer et me l’acheter à l’occasion 😉 ) et rencontrer pendant une journée des artistes, des modèles, des maquilleuses et partager nos passions.

Mon plus mauvais souvenir est celui d’une séance avec un photographe en pleine foret, pendant lequel je me suis sentie très mal à l’aise. J’étais à mes débuts et je ne savais pas encore tout du déroulement d’un shoot : cette situation ne se reproduirai plus maintenant.

 

Que retiens tu de l’expérience de modèle et quelles difficultés as tu rencontré (expressions, pudeur, poses, relations avec le photographe …) ?

Le plus dur je pense est de connaître ses limites et les limites que l’on veut se fixer. Certaines modèles font du nue et se sente à l’aise, je sais que pour ma part ce n’est pas ce que je recherche dans la photo et que me voir de la sorte ne me satisfera pas.

Le défi pour moi est d’avoir un panel d’expression à exploiter, je travaille d’ailleurs beaucoup en ce moment la dessus.

Pour ce qui est de la pudeur, comme je ne fais pas de nu ou de top less, j’y suis peu confronté. Il y a juste les changements de tenues lorsque l’on est en extérieur, à chaque fois c’est toute une aventure !

Les poses, elles viennent naturellement maintenant, mais il faut du temps avant de savoir exactement ce qui te met en valeur ou non.

 

Quels conseils donnerais tu à quelqu’un qui veut devenir modèle photo et quelles sont les précautions à prendre (choix, internet…) ?

Il faut être modèle photo pour les bonnes raisons : l’envie de se découvrir en photo, l’envie de représenter le travail de quelqu’un, envie de concrétiser des projets, envie de se sentir jolie et de s’épanouir. Il ne faut surtout pas oublier qu’une photo se fait à deux : le photographe et le modèle !

Il faut être vigilant aux personnes mal intentionnés qui propose des photos un peu sexy et dénudés, en vous disant que vous êtes ravissante etc.. Internet est un nid à pervers, alors attention dans vos choix. Si vous n’êtes pas à l’aise n’hésitez pas à emmener une amie avec vous au début, vous avez le droit ! Il faut juste se méfier, et aussi rester humble : ne pas se prendre pour une star sous prétexte que vous êtes « trop belle » : poser c’est un art, et tout le monde passe par un début, il faut respecter cela.

 

interview-zoe03

Photographe : Zoe Roulon

 

Parlons de ton côté photographe, je me rappelle que tu avais commencé la photo en tant que photographe puis tu es devenue modèle pour finalement retourner derrière l’objectif, pourquoi ce changement ?

Oui je suis une vraie épopée ! C’est un peu par opportunité que je suis passée modèle il y a environ 1 an : j’ai pu faire des séances avec des photographes de talent, et c’est ma curiosité qui m’a poussé à revenir derrière l’objectif. En plus, cela va paraitre bête, mais quand on est photographe, on exploite à chaque fois l’image de quelqu’un de différent alors que lorsque l’on est modèle, le résultat c’est toujours ma trogne ! C’est surement aussi mes amies photographes qui m’ont inspirées pour essayer de passer de l’autre côté de l’objectif.

 

 

Pourquoi as tu décidé de prendre le pseudonyme de Isis lorsque tu passes du côté modèle photo ?

Tout simplement pour démarquer ma vie de modèle de ma vie personnelle et professionnelle, mais aussi pour éviter les remarques désobligeantes de personnes qui ne comprennent pas pourquoi tu fais cela. Je suis fière de mon travail, de ce que j’accomplis, mais je ne veux pas non plus m’en vanter auprès du monde qui n’est pas celui de la photo. Ce ne sont pas juste des photos de moi pour faire ma belle, c’est un travail et de l’art, et cela certaines personnes ne le comprennent pas. Cela me protège en quelque sorte.

 

Photographe : Zoe Roulon

Photographe : Zoe Roulon

Que préfères tu quand tu endosses le rôle de photographe ?

J’aime pouvoir créer ma photo, la façonner à ma manière, savoir avant de prendre ma photo ce que je veux obtenir comme résultat. Je pense que mon expérience de modèle m’a permis de m’inspirer et de créer mon propre univers.

 

Quelles sont les difficultés que tu as rencontré lors du passage de modèle à photographe ?

La difficulté technique évidemment, mais j’adore apprendre et j’ai eu des conseils précieux de mes amies photographes qui n’hésitent pas à m’aider et me conseiller. Etre entourer de la sorte n’a pas de prix, c’est la meilleure école que je peux avoir et je les remercie du fond du cœur !


Selon toi est ce un avantage ou un inconvénient d’être devant et derrière l’objectif ?

Je pense que c’est un atout, car je sais exactement ce que peut ressentir le modèle en face de moi : s’il est mal à l’aise, s’il a froid, s’il ne sait pas quoi faire etc. Même si j’ai mon avis sur le résultat, j’aime prendre ses idées et ses opinions.

Cela marche aussi dans l’autre sens : je pense que je suis maintenant plus exigeante techniquement en tant que modèle, car je sais moi-même me servir d’un appareil photo et gérer une séance.

 

Si vous souhaitez en savoir plus sur le travail de Zoe, je vous laisse découvrir : 
Sa page Facebook modèle
Sa page Facebook photographe

 

1 Comment

Post a Comment